Les Bas-Fonds de Maxime Gorki

Maxime Gorki (1868-1936)

" L'homme ! C'est magnifique! Cela sonne... fier ! L'homme ! Il faut respecter l'homme ! 
Ne pas en avoir pitié... ne pas l'abaisser par la pitié... il faut le respecter. " 
                                                                                                                        Les Bas-Fonds, Maxime Gorki


Gorki - "l'amer"en russe - écrit Les Bas-Fonds en 1902. Dans un asile de nuit, des marginaux, des prostituées, des voleurs, des gens de peu, des gens de rien, humiliés parce que différents, déclassés et rejetés par la société tsariste. Mais les hommes ne se résignent pas, ils entretiennent l'espoir, car ils n'ont que cela. L'espoir. 

La pièce, considérée comme un chef-d'œuvre dramatique, est montée à Moscou la même année par Constantin Stanislavski. Le metteur en scène, fidèle à ses principes - créer un lien affectif entre l'acteur et  son personnage - part à la rencontre des bas-fonds : 
"Vivement intéressés par les récits de Gorki, nous eûmes envie d'observer nous-mêmes cette humanité déchue. Une expédition fut organisée au marché de Khitrovo qui était l'empire des clochards (...) Sur d'innombrables bat-flanc, gisaient immobiles, tels des cadavres, des hommes et des femmes rompus de fatigue. L'un de ces asiles de nuit abritait "l'université" des clochards : c'étaient ceux qui savaient lire et écrire et que l'on chargeait souvent de copier les rôles de nos acteurs. Nous fûmes reçus comme de vieux amis : ne nous connaissaient-ils pas en tant qu'acteurs ? Ne copiaient-ils pas nos rôles ? Nous posâmes sur la table la collation que nous avions apportée (de la vodka et du saucisson), et la fête commença. En apprenant que nous étions venus étudier leur vie pour la représenter dans une pièce de Gorki, les clochards furent touchés aux larmes. ­ Quel bonheur pour nous ! s'écria l'un. ­ Mais qu'y a-t-il d'intéressant dans notre vie ? Pourquoi nous montrer sur la scène ? s'étonnait un autre." (Ma vie dans l'art)

Les Bas-Fonds est un texte déterminant. Gorki y affirme son engagement politique et une forme de littérature naturaliste qui lui est chère. Se refusant à montrer une vision romantique de la pauvreté et de l'oppression, il choisit de faire le récit de la vraie vie des vrais gens. Dignes et debout.   


Avec l’atelier théâtre de Bourg l'Évêque (11 participants), nous préparons une adaptation de cette pièce de Maxime Gorki. Nous la présenterons le samedi 25 juin à l’ADEC 35 et le samedi 2 juillet dans notre salle de Bourg L’Evêque. 



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Prix Ados 2012